Communauté d'écrivains amateurs, échanges autour du livre et de l'art en général - Editions et diffusion
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Sur la plage aux pieds nus

Aller en bas 
AuteurMessage
Antigone

avatar

Nombre de messages : 34
Age : 61
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Sur la plage aux pieds nus   Lun 6 Aoû - 15:41


(Vendée - Août 2010)

SUR LA PLAGE AUX PIEDS NUS

Sur la plage aux pieds nus, les cheveux dans le Vent,
Je vais au gré salé où l’air sent la vanille,
Les palmiers me saluent…comme c’est émouvant.
Que c’est bon de voguer en pirogue aux Antilles !

Jeter l’encre et mouiller dans ce port familier
Où Paul et Virginie ont vu tant de frégates
Qui s’envolaient alors, et porter des colliers
Epicés de senteurs de cocos, d’aromates.

D’ici, l’écho plaintif, mais joyeux des toucans
Retentit, coupant court à l’instant puéril
Où le relief s’endort dans le lit du Volcan,
Pour jaillir et renaître en enfantant des îles.

Là, les Dunes dorées, jonchées de Coquillages,
Ressemblent, tour à tour, ô divines Vestales,
A celles du Désert où le Simoun voyage…
…Mais, ici, l’Océan en a fait ses vassales !

En camaïeux de vert aux reflets admirables,
Le bleu Lagon ravit l’allégorie des Cieux
Et, telle une sirène au galbé désirable,
Charme de ses attraits la faconde des Dieux !

Au lointain, je perçois -comme aux braises de l’âtre-
L’Horizon mordoré où se couche, éphémère,
Le Soleil, filon d’or, sur des limons d’albâtre,
Avant de se glisser sous des draps outremer.

Et, le long des chemins aux foyers triomphants,
Des beautés aux seins lourds dans leurs robes créoles,
Dans l’agonie du Jour, pour calmer les enfants,
Chantent des mélopées dont les mots les cajolent…

…Ô comme j’aimerais quitter mon gris Paris
Et rester, sans retour, dans ces îles lointaines,
Car jamais, par ici, le Lotus ne flétrit
Et le ravissement ne fait place à la peine !

Mais, hélas, il est temps de laisser là mes rêves,
Les tams-tams oppressants ont de longs tempos tristes,
Car la splendeur, la grâce et la magie s’achèvent
Lorsque l’oiseau de fer atterrit sur la piste
.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antigone.cultureforum.net
 
Sur la plage aux pieds nus
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seul sur la plage, les pieds dans l'eau ...
» Plage de sable fin et chaud qui brûle les pieds... <3
» TZ7 : plage de mise au point affichée en pieds !
» traces de pas du soir sur la plage...
» coffret "le donjon de Naheulbeuk à la plage"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
des mots, des pages :: Atelier :: Exercices de style-
Sauter vers: