Communauté d'écrivains amateurs, échanges autour du livre et de l'art en général - Editions et diffusion
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les Stigmates du Pérégrin - Albinos.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PascalDufrénoy

avatar

Nombre de messages : 288
Age : 57
Localisation : Flandre
Date d'inscription : 05/11/2008

MessageSujet: Les Stigmates du Pérégrin - Albinos.   Jeu 24 Juin - 15:36


Albinos.

On m’a
dissimulé aux regards dégoûtés de la populace, je suis une vraie
malédiction. Cet anathème existait déjà alors que l'humanité tentait
désespérément de se dresser sur ses deux pattes arrière. C'était le
dimanche avant Pâques, et papa faisait le m'as-tu-vu et parlait
beaucoup à la multitude du quartier. C’est à cet instant que se
produisit ce grand mouvement de frayeur dans la rue et il n’a pas tardé
à le regretter. Quelques jours plus tard, il fut soulagé que la panique
ne se soit pas étendue par toute la ville.
C’'était
aussi bien pour lui que les gens retournent à leurs affaires. Il s’est
dépêché de disparaître pour aller boire.
Deux ou
trois commères initiées m'ont deviné, pas davantage – et en douze
saisons il y eu de nombreuses interrogations qui devinrent de terribles
certitudes… Il fallait véritablement que le village se pose La Question...
Ce jeudi
là, les mamas m'ont surpris caché dans l'arrière-cour et ont cru
qu'elles pourraient faire quelque chose. Et lui, mon père n'a jamais
avoué qu'il avait peur, effrayé par son propre rejeton. Il y en a une
qui s’est mis à psalmodier, en transes, une véritable crise de folie
mystique, comme elles le font d'habitude quoi… Pour un signe ou pour un
autre… Un oiseau qui se pose, un chien qui passe le long de la clôture.
Cette vieille-là s'était fait à l'idée que ma mère était tombée
amoureuse du diable et donc qu'elle avait enfanté un malveillant et que
ça devait vouloir dire qu'elle portait le signe du malheur. Lorsque ma
mère allait au marché avec ses chèvres, les gens lui jetaient des
pierres...
Alors lui… Mon père, il s'est mis en colère,
et alors qu'il pensait le contraire, il a commencé à me frapper.
Ce jour-là, j'ai détalé dans la rue jusqu'aux faubourgs…

J’ai douze
ans… Douze saisons passées en enfer… Je sors la nuit, de toute façon, la
lumière me fait mal… Il faut que je passe le lac, sinon les gamins du
port ne me rateront pas…
Un touriste m’a dit un jour qu’il y
avait un musicien comme moi qui jouait parfois en Europe, j’aime bien la
musique…
Il faut vraiment que je passe le lac, demain…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les Stigmates du Pérégrin - Albinos.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les stigmates du Padre Pio
» Les stigmates d'Yvonne-Aimée de Malestroit
» Les stigmates du temps
» Recherche albinos désespérément…
» Kangourou albinos et son petit ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
des mots, des pages :: Entrée libre-
Sauter vers: