Communauté d'écrivains amateurs, échanges autour du livre et de l'art en général - Editions et diffusion
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les Stigmates du Pérégrin - Gueule de bois.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PascalDufrénoy

avatar

Nombre de messages : 288
Age : 58
Localisation : Flandre
Date d'inscription : 05/11/2008

MessageSujet: Les Stigmates du Pérégrin - Gueule de bois.   Mer 16 Juin - 15:42

Gueule de Bois.


Les toits
s’entassent et serpentent à écorcher les lambeaux du ciel indécis. Ils
sont cernés de suie grasse et de mousses maculées qui font regretter
l’élégance d’antan, l’esthétique fraîcheur qui doit subsister dans nos
souvenirs : une pompe fastueuse… C’est ce qu’un ciel de Paris peut
montrer de plus avantageux, c’est tout ce que l’on est en droit
d’attendre.
La rue, elle aussi, poisseuse, imprécise,
luisante de pluie, chavire sans intention précise ni harmonie là où elle
pourrait tirer son plan rectiligne et choisit par des méandres douteux
des travers qu’elle devrait s’épargner. Elle est ivrogne ou aliénée. La
lumière, orchestrée par un astre dément vient de faire son entrée, elle
est d’une teinte effrayante. L’air -une besace de poussières -
oppresse toute l’humanité comme dans un grenier perdu. Il faut marcher
très calmement, voici toute ma distraction.
La lune
plaquait ses teintes de zinc

Par angles obtus
Des bouts de
fumée en forme de cinq

Sortaient durs et noirs des hauts toits
pointus.

Paul Verlaine – Croquis parisien
Cette rue se
cogne contre un bistrot que l’on remarque : sur la façade, c’est une
multitude de figures de cire blanche, équivoques, grimaçantes,
exotiques, attroupées en meutes dans une vitrine flétrie d’une
désolation extraordinaire. Au fond, le tord-boyau corrompu d’émanations
aigrelettes se change en une caverne éclairée par la pâle clarté d’un
soupirail brisé.
Cette lucarne éructe et crache subissant
dans ce calme moisi l’ignoble métamorphose : le regard organique et sans
grâce d’un œil bovin…




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les Stigmates du Pérégrin - Gueule de bois.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon clavier a la gueule de bois
» Gueule de bois
» La gueule de bois, première raison du "congé maladie&qu
» VIDEO. Quelques conseils contre la gueule de bois
» café salé ( pas pour la gueule de bois )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
des mots, des pages :: Entrée libre-
Sauter vers: