Communauté d'écrivains amateurs, échanges autour du livre et de l'art en général - Editions et diffusion
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le réveil du Boucanier.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PascalDufrénoy

avatar

Nombre de messages : 288
Age : 58
Localisation : Flandre
Date d'inscription : 05/11/2008

MessageSujet: Le réveil du Boucanier.   Mar 27 Oct - 23:37

Le réveil du Boucanier.
(Conte intemporel et sans vergogne)




New Paris, 22 octobre 2109



Est-ce l'effet d'une distorsion temporelle ou la conséquence désastreuse d'une absorption massive d'informations rances aux effluves délétères? Nul sur cette planète ne peut le dire... Le monde est en récession philanthropique. Le Boucanier n'est pas sans savoir que le processus ne s'arrêtera pas demain. Il s'est frotté à toutes sortes de clans, subi toutes les avanies connues et inconnues... Il a le cuir épais et le regard perspicace... Ainsi se passe la fin du monde, loin des cataclysmes de pacotille de l'antique cinématographe... Tout simplement la perte du réel...
Le royaume vit sous la férule de Nicolaescu le Sarcastique, le despote de velours... Comme au temps des légendes de jadis, il existe même un Prince Jean... Ce dernier malgré les efforts paternels ne parvient guère à prendre possession du trésor du sultanat, la fronde inopinée des bourgmestres a freiné l'accession au pouvoir de l'enfant prodige qui, à vingt-trois ans termine déjà ses humanités au jardin d'enfants Lara Fabian du Xième arrondissement de New Paris. Il se contentera de la Chambellance en attendant des jours meilleurs...
Le Boucanier marche d'un pas alerte dans les ruelles de l'immense métropole, sous chaque pont s'entassent les restes fumants des infortunés messagers du grand Ministère de la Voix Désincarnée, l'épidémie a débuté depuis quelques semaines... C'est comme une panique insurmontable, un étouffement progressif et inexorable... Les pauvres estafettes pressurées de labeur ont suivi des cours intensifs de saut à l'élastique lors des séminaires de nettoyage cérébral, aussi, ils reproduisent inlassablement les mêmes gestes, mais sans élastique... C'est un procédé très salissant, Nicolaescu le Sarcastique fulmine et s'étonne devant cet effet de mode. Vexé, il trouve que les modes doivent venir du Palais et non de la populace , il vilipende ses innombrables sous-fifres, prétextant qu'on aurait dû également leur apprendre à voler... Ce manque de volonté et d'adaptation trahit sans nul doute la mauvaise volonté de ces gens! Comment pourra-t-il se servir de ses dons d'ubiquité sans l'aide des messagers de la Voix Désincarnée, hérauts anonymes, ou plus véritablement héros anonymes écrasés sous le labeur et les vexations, chargés de diffuser sa sainte parole. En attendant, le Boucanier enjambe les multiples corps qui encombrent la ruelle, certains sont encore vêtus de la tunique griffée de la célèbre devise du Grand Conducteur : « S'agiter plus pour penser moins », désenchanté, le Boucanier soupire en haussant les épaules...
Heureusement, les médicastres du royaume procèdent depuis quelques jours à une immense campagne de vaccination, à l'aide d'une composition miraculeuse : un concentré de joie mêlé à de l'extrait de béatitude... Pour les plus récalcitrants, un grand laboratoire d’Amerloquie Occidentale situé au-delà des, mers commercialise à prix d'or un médicament : Le Tarit Flux, qui coupe net la parole à tous les contradicteurs et les briseurs de morale et cela, pour toujours.... Des masques canards peu seyants ont été également distribués au bas peuple sans grand succès... En effet, le port d'un tel artifice impose la marche accroupie de par un décret du Ministère de la Bêtise Sacralisée, ce qui rend cette pratique peu esthétique et aléatoire.
Le Boucanier arrive sur la place Carolina Blondie, littéralement le parvis du Palais. Au milieu de la place, pendu à un croc rouillé pend les restes décomposés d'un grand flandrin: le Sire Galopin de Videpot se balance mollement dans l'air frais du matin, pour une fois au moins, le poète maudit fait des vers acceptables... Arrêté pour malversations envers le grand Sultan, il a été appréhendé par la nouvelle créature de Nicolaescu le Sarcastique, une recrue de poids, Le Sumo Yowai, littéralement le délicat... Autrefois lutteur accompagnateur de vieilles dames emperruquées en mal de charité, il officie maintenant à la grande Chambre des Mensonges, ces compétences politiques sont proches du néant, mais comme le dit notre souverain bien-aimé, ce n'est pas si important et il aime à citer une phrase du célèbre philosophe du 20ème siècle Michel Audiard :
« Quand les types de 130 kilos disent certaines choses, ceux de 60 kilos les écoutent... » Voilà bien une maxime pétrie d'un humanisme réel... Ah ! Galopin, pourquoi n'a-tu pas continué tes turlupinades sans te mêler des affaires de l'État ? Plus loin, dans le fond de la place, de pauvres femmes se pressent à l'entrée du Palais, venant des provinces du Cantal et du Puy de Dôme... Par une méprise bien pardonnable, l'un des vizirs de Nicolaescu le Sarcastique, chargé de l'évacuation manu-militari des personnages trop exotiques, « Jean-Foutre » nuisant à la bonne marche du royaume, s'est fourvoyé en écoutant les mauvais conseils de ses lieutenants... Lors du rapport concernant le nettoyage des jungles situées dans les marches du Nord, il était stipulé que le trop grand nombre de ces Barbaresquesprovoquait de graves troubles, la coquille d'un scribe trop zélé a remplacé le terme barbaresques par le qualificatif d'Auvergnats...
Voilà pourquoi de nombreux dirigeables affrétés par la compagnie qui appartient à l'un des cousins de Nicolaescu se sont envolés vers les montagnes lointaines d'Outre Perse, ces vaisseaux du ciel furent chargés d'une multitude d'indigènes d'Issoire, de St-Flour et autres localités... Mais les pauvres familles peuvent se rassurer, les Auvergnats, gens pratiques et industrieux ne se laisseront pas aller au désespoir, ils construiront de multiples comptoirs de vente de vins et charbons, diffusant ainsi l'alcoolisme au coeur de ses nations honnies et contribuant ainsi à la révélation de la véritable religion de la nation à savoir : le Saint-Picrate!
D'ici quelques décennies la cirrhose du foie deviendra ainsi le remède souverain face à la mauvaise foi, c'est le slogan inventé par le Ministère de la Propagande Minable et Utilitaire, le PMU : un mauvais foie combattra la mauvaise foi!
Dans le brouhaha de la foule s'élève une complainte qui conte la triste destinée de l'ancien chambellan aux amusements de la cour, Friedrich... Devenu Ermite Errant après avoir été impliqué dans une affaire de moeurs, oh! Une affaire sans malice, avec des marins tonkinois nonagénaires pourtant consentants... Cette histoire a fait le tour des provinces, un célèbre metteur en scène en a même fait un spectacle: Paris-Canton en Tripoteur... mais le divertissement n'a pas marché, en concurrence avec Le petit Nicolaescu, pièce à la gloire de notre souverain, le Tripoteur a fait long feu...
En ce 22 octobre, les Grands Lecteurs se pressent dans les instituts supérieurs de formation des Traders Impassibles pour y lire la lettre de Bill Bocquet, jeune martyr fauché dans la fleur de l'âge par des milices sauvages de joueurs de pétanque, assassiné pour des idées dont la date de péremption aurait rendu malades mêmes des propriétaires de hard discount alimentaires... Les enfants horrifiés se bouchent les oreilles, mais rien n'y fait... Les lecteurs impitoyables délivrent leurs paroles sentencieuses pour l'édification des masses et la gloire du bien aimé Nicolaescu le Sarcastique, souverain omnipotent et électrique ; certains élèves sortent déjà en quête d'un viaduc bien haut, le Tarit Flux semble sans effets... Sultan depuis plus de 100 ans, le souverain Nicolaescu fut maintes fois cryogénisé, son visage émacié nous rappelle chaque jour davantage le faciès du Nosferatu de Murnau, c'est là véritablement pousser bien loin sa passion pour le cinéma expressionniste du début du 20ème siècle... Cette soif insoupçonnée de culture lui fut distillée par sa première concubine la si aimable Carolina Blondie . Il en a gardé également un amour immodéré pour l'horlogerie prestigieuse avec la fougue d'un collectionneur éclairé...
Le Boucanier étouffe depuis trop de temps et cela n'est pas sans conséquence sur son transit intestinal. Trop de nouvelles moroses le ballonnent quotidiennement... La bonne parole s'insinue dans toutes les oreilles , les propres des bien-pensants, comme les sales, bourrées de cérumen du bas peuple et de la maréchaussée... il est temps de faire quelque chose, quelque chose de grand, de définitif et de subversif...
Aussi arrivé dans la cour d'honneur du palais ou se tient le Grand Raout Permanent, cérémonie récompensant les plus serviles suppôts du pouvoir, le Boucanier a une idée... Gonflant son ventre musclé et protestataire, il se penche et dans un hurlement de fin de monde, il fit ce que tout citoyen libre et responsable se doit de faire en ces années de plomb : il émit une FLATULENCE!
Mais, pas n'importe quelle émission de gaz délétère! Non! Pas l'éructation fatiguée du boutiquier irrité, ni celle insignifiante du fonctionnaire d'état tremblant dans ses braies... Non! Le Master Pi! Celui qui va balayer cette période de tristesse et d'angoisse... Une révolte est née, les factions vont se réveiller et le pouvoir sous le vent de la tempête vacillera et basculera dans la fange...
Le Boucanier sait au fond de lui-même qu'une fois les miasmes évaporés dans l'éther... D'ici quelques années... Les gens relèveront la tête et commencera ainsi une nouvelle ère de liberté, une ère où la contrainte ne provoquera plus ni aigreur gastrique, ni occlusion intestinale... La flatulence rendra au peuple triomphant sa liberté de penser!
Le Boucanier s'éloigna du chaos provoqué par son cri rebelle en sifflotant une vieille complainte, un air du vieux monde d'avant, une vieille chanson dont les paroles lui revenait en mémoire :
Monté sur la potence,
Je regardais la France,
J’y vis mes compagnons,
À l’ombre d’un, vous m’entendez. . . .
J’y vis mes compagnons,
A l’ombre d’un buisson.

C'était le chant d'un trublion de naguère, un bandit de grand chemin, c'était la complainte de Mandrin.



Note : Toute ressemblance avec des situations réelles ou avec des personnes existantes ou ayant existés ne saurait être que fortuite.

C'est de la fiction que diable...
Bien que Mandrin a existé, pas vrai... Alors qui peut savoir?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colegram

avatar

Nombre de messages : 6899
Age : 51
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/07/2006

MessageSujet: Re: Le réveil du Boucanier.   Mer 28 Oct - 2:47

Génial, Pascal ! Et de fait, comme il est écrit dans le prégénérique d'Inspecteur Labavure, "toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé, on ne l'a pas fait exprès de notre faute, et c'est pas une raison pour venir nous emmerder." (Tiens, on dirait presque du Béru !) Very Happy

_________________
Des mots, des pages, et des scoubidoubidous... Ouah !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PascalDufrénoy

avatar

Nombre de messages : 288
Age : 58
Localisation : Flandre
Date d'inscription : 05/11/2008

MessageSujet: Re: Le réveil du Boucanier.   Mer 28 Oct - 2:57

Ce compliment me va droit au coeur, et comme tu es de Belgique, d'autant plus... D'ailleurs je prépare une longue ballade écrite sur la Belgique que je livrerai par petits bouts, sur ce forum...
Je suis moitié Belge par ma défunte mère, et j'habite à une portée de Gueuze de la frontière, n'est ce pas...
Vive la Belgique et Colegram cet homme de goût
Bon c'est pas tout ça mes castars mais il commence à faire soif....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le réveil du Boucanier.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le réveil du Boucanier.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le réveil du Boucanier.(Conte intemporel et sans vergogne)
» [AIDE] [HD2] Comment mettre uen musique pour le réveil
» William Somerset MAUGHAM : The Painted Veil ...
» Campagne du secteur Veil- Glossaire
» [Veil, Simone] Une vie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
des mots, des pages :: Entrée libre-
Sauter vers: